Pourquoi faut-il bannir les matières synthétiques de votre dressing ?

Dans l’industrie textile, nous pouvons différencier deux types de matières : les matières naturelles comme le lin ou le coton d’une part, et les matières synthétiques comme le polyester, l’acrylique ou le nylon d’autre part. Ces matières synthétiques sont vraiment à éviter et nous allons vous en détailler les raisons au travers de cet article.

Tout d’abord, penchons-nous sur l’aspect écologique de ces matières synthétiques.
La production des fibres synthétiques repose essentiellement sur l’utilisation de ressources non renouvelables ; en effet, on estime que 70% des fibres synthétiques produites dans le monde proviennent du pétrole.
Par exemple, pour le polyester qui représente 70% des vêtements en matières synthétiques, sa fabrication nécessite chaque année plus de 70 millions de barils de pétrole pour 40 millions de tonnes de polyester produites.
En outre, « l’exploitation du pétrole transformé en matière synthétique émet énormément de CO2, ramenant l’empreinte carbone d’un chemisier en polyester à un volume 2,5 fois plus important que celle d’une chemise en coton », un chiffre fort qui nous ouvre les yeux sur l’utilisation de ces fibres synthétiques.

De plus, la production de ces fibres synthétiques nécessite l’utilisation d’un grand nombre de produits toxiques, ce qui met en danger la santé des travailleurs impliqués dans le processus.

Malheureusement, l’impact écologique provoqué par l’utilisation de ces matières ne s’arrête pas à leur production.
En effet, à chaque lavage en machine, nos vêtements composés de fibres synthétiques rejettent des microfibres plastiques dans les eaux usées.
Ces microfibres ne représentent que quelques millimètres, elles ne sont donc pas repérées dans les stations de traitement des eaux, et finissent alors directement dans les océans.
On estime entre 100 000 et 700 000 microfibres libérées pour un seul lavage d’un seul vêtement en matière synthétique !
Autre chiffre choc : d’après une étude de la revue Environmental Science & Technology, 80% des microfibres présentes dans les océans proviennent du polyester et de l’acrylique!
Ces matières synthétiques participent donc à la formation de ce qu’on appelle le 7e continent, et sont donc un réel fléau pour l’environnement.
Selon une étude de la fondation Ellen McArthur, en 2050, il y aura plus de plastique que de poissons dans les océans.

Finalement, pour notre propre santé, les matières synthétiques représentent également un danger. Les microfibres présentent dans les océans ne sont pas digérées par les animaux marins et peuvent se retrouver directement dans notre assiette, dans les poissons et crustacés que nous mangeons ou encore dans notre sel de table.
Au-delà de ça, le simple contact des matières synthétiques sur notre peau peut également être nocif. Ces matières contiennent un effet des perturbateurs endocriniens, qui vont avoir un certain nombre d’effets sur le corps. Elles peuvent créer des allergies entraînant de l’eczéma, des boutons, des rougeurs, et peuvent perturber la fertilité chez les personnes portant des sous-vêtements en polyester par exemple.

Au-delà de leur nocivité sur la santé, les matières synthétiques ne sont simplement pas les matières les plus agréables en termes de confort. Effectivement, elles ne laissent que peu respirer la peau et favorisent la transpiration et son accumulation.
Les fibres présentes dans les vêtements synthétiques sont en effet hydrophobes (elles n’aiment pas l’eau), elles vont alors garder les mauvaises odeurs dues à la transpiration même après le lavage, ce qui contribue également à l’usure des vêtements.

En conclusion, choisir un vêtement en matière naturelle, c’est favoriser une consommation sur le long terme, plus responsable.

Les fibres naturelles sont souvent thermorégulatrices, elles s’adaptent aux températures.
Pour reprendre l’exemple donné dans un article du blog Maison Brunon, « une chemise en coton de bonne qualité maintient au frais en été, tandis qu’une chemise en polycoton (un mélange classique de 60% de coton et 40% de polyester) accumule la chaleur et active la transpiration.
En hiver, on observe le phénomène contraire : une matière naturelle se réchauffe avec notre corps, et une matière synthétique reste froide et insuffisante. »

Sources : 

V. Youmiwi. (2020, 5 juillet). Pourquoi préférer les fibres naturelles aux fibres synthétiques ? https://youmiwi.com/blogs/youmiwi/pourquoi-preferer-les-fibres-naturelles-aux-fibres-synthetiques

Les fibres synthétiques : une pollution à l’infini, de la production jusqu’à l’utilisation. . . (2019, 18 juillet). Atelier-53. https://atelier-53.be/blogs/green-diy/les-matieres-textiles-zoom-sur-les-fibres-synthetiques

Leclère, M. (2014, 31 mars). Des produits toxiques dans les vêtements ? Dossier Familial. https://www.dossierfamilial.com/social-sante/des-produits-toxiques-dans-les-vetements-342040

Soyez, F. (2021, 18 février). En 2050, y aura-t-il autant de plastiques que de poissons dans les océans ? CNET France. https://www.cnetfrance.fr/news/en-2050-y-aura-t-il-autant-de-plastiques-que-de-poissons-dans-les-oceans-39917973.htm#:%7E:text=750%20millions%20de%20tonnes%20de%20plastiques%20en%202050&text=Ce%20qui%20conduisait%20la%20Fondation,dans%20les%20oc%C3%A9ans%20en%202050.&text=Si%20rien%20ne%20change%20radicalement,poisson%20d’ici%20%C3%A0%202025.

Reinert, M. (2020, 8 octobre). Microplastiques : comment nos vêtements polluent. 60 Millions de Consommateurs. https://www.60millions-mag.com/2020/10/08/microplastiques-comment-nos-vetements-polluent-17554

The New Plastics Economy : Rethinking the future of plastics. (2016, 19 janvier). Ellen Mac Arthur Foundation. https://www.ellenmacarthurfoundation.org/publications/the-new-plastics-economy-rethinking-the-future-of-plastics

C’est quoi le problème des fibres synthétiques ? (2020, 29 juillet). Wedressfair. https://www.wedressfair.fr/blog/c-est-quoi-le-probleme-des-fibres-synthetiques

Qu’est-ce que le polyester ? (2020, 3 novembre). WeDressFair. https://www.wedressfair.fr/matieres/polyester

Bienvenue sur notre site ! Inscrivez vous à notre newsletter pour bénéficier d'une remise sur votre première commande !